Accueil Environnement Changement climatique : 2023 sera l’année la plus chaude de l’histoire.

Changement climatique : 2023 sera l’année la plus chaude de l’histoire.

15
0

Les données de Copernicus ont certifié que 2023 sera probablement l’année la plus chaude de l’histoire : voici ce que disent les dernières données publiées.

Les plus attentifs, après les températures record enregistrées même en Italie ces derniers mois, en avaient déjà émis l’hypothèse, mais ces heures-ci, la confirmation est arrivée de la part des experts de Copernicus, le programme d’observation de la Terre de l’Union européenne : 2023 sera l’année la plus chaude de l’histoire.

Les données publiées aujourd’hui par Copernicus, qui a également participé à la surveillance de lade l’évolution des températures en Europe et au-delàparlent d’elles-mêmes : pour le sixième mois consécutif, après un mois de novembre particulièrement chaud, la Terre a établi un nouveau record de chaleur. Samantha Burgessdirectrice adjointe du département Copernicus sur le changement climatique, a résumé les nouvelles inquiétantes comme suit :

2023 compte désormais six mois et deux saisons record. Ce mois de novembre extraordinaire signifie que 2023 sera l’année la plus chaude jamais enregistrée dans l’histoire.

Données en main, le mois de novembre qui s’est achevé il y a quelques jours a marqué. une moyenne mondiale de 14,22° Celsius, soit 1,75 degré de plus que la moyenne de la période préindustrielle entre 1850 et 1900, et 0,32 degré de plus que le record détenu jusqu’à présent d’ici novembre 2020.

Lire aussi :  Neige et changement climatique, le point de non-retour découvert ? Voici ce que cela signifie

Il y a seulement une poignée de mois, en août dernier, une communication officielle de Copernicus avait… désignait le mois de juillet comme le mois le plus chaud jamais enregistré sur Terrea réussi à dépasser de 0,33° ce qui avait été le mois de juillet le plus chaud jusqu’à présent en 2019. Le pic avait été enregistré le 30 juillet, lorsque la température de surface des océans avait atteint 20,96°.

La publication des données a également été accompagnée de commentaires de . Carlo Buontempo, directeur du Copernicus Climate Change Service (C3S), qui a appelé à cette occasion à un engagement mondial encore plus important : “Tant que les concentrations de gaz à effet de serre continueront d’augmenter, nous ne pouvons pas nous attendre à d’autres résultats que ceux observés cette année. La température continuera d’augmenter, tout comme les effets des vagues de chaleur et des sécheresses. Atteindre le zéro net le plus rapidement possible est un moyen efficace de gérer nos risques climatiques.

Lire aussi :  Paris réprime les SUV : triplement des frais de stationnement en ville