Accueil Environnement COP28, suppression des énergies fossiles sautée : dernières heures pour parvenir à...

COP28, suppression des énergies fossiles sautée : dernières heures pour parvenir à un accord.

20
0

L’élimination des énergies fossiles a disparu du projet d’accord de la COP28 : course contre la montre pour parvenir à l’unanimité.

La conférence de l’ONU sur le changement climatique est dans l’impasse pour son dernier jour et la perspective de parvenir à un accord satisfaisant pour l’avenir de la planète avec les…L’adieu progressif aux combustibles fossiles semble avoir sombré.

La diffusion du projet d’accord final proposé par le président a semé le chaos lors de la COP28 Al Jaberle pétrolier des Émirats arabes unis déjà au centre d’une controverse ces derniers jours pour ses positions sur les énergies fossiles. Comme nous te l’avons dit hier, dans le texte qui sera voté à l’unanimité. , aucune sortie des énergies fossiles n’a été incluse que tant de gens avaient espéré.

Le premier projet qui avait circulé ces derniers jours comportait une référence explicite à l’abandon progressif des combustibles fossiles, du pétrole au gaz et au charbonmais face à cette version de l’accord, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole s’était déplacée avec une lettre et une invitation aux États pétroliers à “rejeter les pressions indues et disproportionnées contre les combustibles fossiles”.

Lire aussi :  Journée internationale du Golden Retriever

La présence massive des lobbyistes des énergies fossiles à la COP28, en somme, n’avait pas servi à exclure cette référence claire et nécessaire à l’avenir de la Planète dans l’accord et l’OPEP avait bougé en conséquence. Les pays membres de l’OPEP comprennent l’Arabie saoudite, l’Iran, l’Irak, le Koweït et les Émirats arabes unis, qui accueillent la Conférence de l’ONU sur le changement climatique présidée par le pétrolier Al Jaber lui-même, qui a déclaré hier, après la démarche de l’OPEP. a modifié le texte et supprimé cette référence. à un “adieu progressif”, remplacée par une “réduction progressive” moins exigeante.

Voici ma proposition, maintenant tu la fais, ma porte est ouverte.‘, a déclaré Al Jaber aux délégués des 197 pays plus l’Union européenne qui, à l’occasion du huitième anniversaire de l’Accord de Paris, sont appelés à voter à l’unanimité le texte final.

Le chaos a été servi et la course contre la montre pour tenter de réviser l’accord, et éviter ainsi un échec capital de la Conférence de l’ONU sur le changement climatique, s’est immédiatement engagée. Le travail se poursuit en coulisses et les consultations, de l’aveu même de la présidence de la COP28, continueront tout au long de la journée.

Lire aussi :  Collier élisabéthain, à quoi il sert et comment l'utiliser

D’un côté, il y a quelque 120 pays dans le monde qui s’accordent sur la nécessité de… commencer à dire au revoir de façon progressivemais pas volontairement, aux combustibles fossiles. De l’autre, les pays pétroliers et leurs principaux alliés, de la Chine à la Russie. Le temps presse et le vote sur l’accord devrait avoir lieu d’ici la fin de la journée.

Cop28, pouvait-on s’attendre à autre chose ?

La conférence de Dubaï sur le climat se termine sur de nombreuses controverses et, malheureusement, peu de résultats. Alors que la version finale du rapport de conclusion circule, l’absence du Phase Out, la référence à l’élimination progressive des combustibles fossiles, fait parler d’un échec total, ou presque, du sommet mondial.

Mais beaucoup se demandent “pouvait-on s’attendre à autre chose en l’ayant organisé dans l’un des principaux pays producteurs de pétrole du monde ?” Comment fonctionne le mécanisme de la Cop ? Quels choix les hommes politiques font-ils par idéologie et lesquels par peur ? Parviendrons-nous un jour à une transition écologique consciente ? Nous en avons parlé sur Instagram avec Serena Giacomin et Rassegnally :