Accueil Développement durable Développement de l’énergie de fusion : nouvel accord signé entre Eni et...

Développement de l’énergie de fusion : nouvel accord signé entre Eni et CFS

840
0

Eni a été la première entreprise énergétique à croire et à investir dans l’énergie de fusion, et l’accord signé aujourd’hui avec CFS marque une étape importante.


Développement de l'énergie de fusion : nouvel accord signé entre Eni et CFS

La commercialisation de l’énergie de fusion se rapproche après l’importante signature, le 9 mars 2023, d’un accord entre Eni et CFS. accord de coopération entre Eni et CFS (Commonwealth Fusion Systems), une spin-out du Massachusetts Institute of Technology (MIT), dans le but d’accélérer l’industrialisation de l’énergie de fusion.

Eni est un actionnaire stratégique de CFS après son premier investissement en 2018, et le nouvel accord signé en ces heures entre les deux entreprises servira à renforcer le partenariat et à combiner l’expertise d’Eni en matière d’ingénierie et de gestion de projet avec une série de projets visant à soutenir CFS dans le but d’accélérer le développement et le déploiement de l’énergie de fusion à l’échelle industrielle.

Eni a été la première société d’énergie à croire et à investir dans cette technologie qui, une fois portée à l’échelle industrielle, pourrait apporter une contribution vraiment importante à la transition énergétique. CFS s’est engagée sur la voie la plus rapide vers la commercialisation de l’énergie de fusion, franchissant une étape importante en 2021 lorsqu’elle a testé avec succès un aimant doté de la technologie des supraconducteurs à haute température (HTS), l’aimant le plus puissant de ce type au monde, qui assurera le confinement du plasma dans le processus de fusion magnétique et pourra contribuer à l’obtention d’une énergie de fusion nette dans une future centrale de démonstration.

Lire aussi :  Beauté bleue et beauté qui défend les océans.

La voie suivie par CFS avec le soutien d’Eni se caractérise par une approche pragmatique et progressive visant à réaliser l’application industrielle de la technologie de fusion par confinement magnétique au cours de la prochaine décennie. SPARC, qui vise à être la première installation pilote de confinement magnétique au monde avec une production nette d’énergie de fusion, est en cours de construction et sera opérationnelle d’ici 2025.

On prévoit que SPARC pourra à son tour servir de banc d’essai pour le développement d’ARC, la première centrale de fusion industrielle capable d’alimenter le réseau en électricité, qui devrait être opérationnelle au début des années 2030.

Claudio Descalzi, PDG d’Eni, a commenté cette importante avancée :

Nous verrons la première centrale électrique basée sur la fusion par confinement magnétique construite au début de la prochaine décennie, et nous aurons alors près de vingt ans devant nous pour déployer la technologie et atteindre les objectifs de la transition énergétique de 2050. Il s’agira de disposer d’une technologie industrielle capable de fournir de grandes quantités d’énergie sans aucune émission de gaz à effet de serre, produites de manière sûre, propre et pratiquement inépuisable, apportant ainsi une contribution substantielle à la transition énergétique. C’est pourquoi nous sommes confrontés à une percée technologique qui pourrait faire date. Depuis plusieurs années, Eni place le leadership technologique, avec une approche de neutralité et de diversification, à la base de sa trajectoire de décarbonisation. Conscient de la grande valeur stratégique de cette technologie et de la solidité de CFS, Eni a investi depuis 2018 dans l’entreprise et a été le premier énergéticien à s’engager concrètement dans ce domaine. Aujourd’hui, nous renforçons encore cette collaboration avec notre expertise et notre expérience dans le but d’accélérer au maximum la trajectoire d’industrialisation de la fusion.

Il a été repris Bob MumgaardPDG de CFS :

L’accord de collaboration entre CFS et notre partenaire de longue date, Eni, a le grand potentiel de faire avancer nos efforts sur les principaux défis mondiaux et les opportunités de transformer le paysage énergétique grâce à un approvisionnement illimité en énergie de fusion propre. Cet accord souligne le rôle clé que les entreprises énergétiques existantes jouent dans l’accélération de l’industrialisation de l’énergie de fusion et la force d’un partenariat avec elles.

Lire aussi :  Photovoltaïque ou éolien domestique : qu'est-ce qui est le plus pratique ?