Accueil Environnement Dioxyde d’azote : comment il se forme et comment le réduire

Dioxyde d’azote : comment il se forme et comment le réduire

30
0

Le dioxyde d’azote (NO2) est principalement formé par des réactions entre l’oxygène et l’azote lors de la combustion du charbon, du pétrole et du gaz naturel dans la circulation automobile et les installations industrielles. Pour le réduire, on peut promouvoir les transports durables, adopter des technologies à faibles émissions et imposer des réglementations plus strictes en matière d’émissions. À la maison, on peut inspecter régulièrement les appareils à gaz, aérer la cuisine, éviter de fumer à l’intérieur.

Le dioxyde d’azote est l’un des principaux polluants atmosphériques dans nos villes. Il est principalement créé lors de la combustion de combustibles fossiles, tels que le diesel et le charbon ; dans certains processus industriels et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, également dans les habitations. Son accumulation dans l’air contribue à la formation d’ozone troposphérique (polluant secondaire) et à la pollution atmosphérique. Chez l’homme, il provoque la santé respiratoire, ainsi qu’une irritation des yeux. Contrer ses émissions est d’une importance capitale si l’on veut améliorer la qualité de l’air et protéger le bien-être général. Dans cet article, nous examinons ses principales sources et les moyens de les réduire.

Qu’est-ce que le dioxyde d’azote ?

Dioxyde d’azote – dont formule est NO2 – est un gaz brun rougeâtre à l’odeur âcre, toxique et au fort pouvoir irritant. Comme le rapporte le site du ministère de la santé, “c’est un polluant à composante majoritairement secondaire, car il est le produit de l’oxydation du monoxyde d’azote (NO) dans l’atmosphère. Seuls de faibles pourcentages sont émis directement dans l’atmosphère. Il est chimiquement apparenté au monoxyde d’azote (monoxyde d’azote), un gaz incolore dont la formule chimique est NO. Ces deux gaz – appelés NOx – sont libérés dans l’atmosphère lors de la combustion des carburants. Il existe des preuves scientifiques de l’influence négative que le NO2 peut avoir sur notre santé.

Lire aussi :  Quelles sont les couleurs des yeux de chat ?
Dioxyde d'azote : comment il se forme et comment le réduire
Source : Pexels

Comment se forme le dioxyde d’azote ?

Le dioxyde d’azote se forme en grande partie dans l’atmosphère à la suite d’une réaction entre leazote et de l’oxygène dans l’air. C’est-à-dire par l’oxydation du monoxyde (NO), le principal polluant créé lors des processus de combustion. D’autres sources anthropiques proviennent des processus de combustion. Celles qui se produisent dans le trafic, par exemple, ou par les systèmes de chauffage (à la maison, elle provient des radiateurs à paraffine, des poêles et des radiateurs à gaz sans échappement, ainsi que de la fumée de tabac), dans les centrales thermiques. Ce n’est pas un hasard si , là où la concentration de dioxyde d’azote est la plus élevéesont les zones urbaines et industrielles. Il provient également de processus de production dont la combustion ne fait pas partie. Il s’agit de la production d’engrais azotés ou d’acide nitrique, pour n’en citer que quelques-uns. Après avoir vérifié où se trouve le dioxyde d’azote, faisons le point sur ses effets.

Dioxyde d’azote, effets sur la santé

Nous avons anticipé la façon dont il peut nuire au bien-être de l’homme. Mais quels sont les effets réels du dioxyde d’azote ? En examinant ses effets sur la santéOn peut dire que le NO2 interfère avec la capacité du sang à transporter l’oxygène à des niveaux élevés, provoquant des maux de tête, de la fatigue, des vertiges et une méthémoglobinémie. Des niveaux élevés de NO2 peuvent causer des problèmes de respiration (une exposition continue peut causer des dommages permanents aux poumons), un effondrement et, dans les cas les plus graves, même la mort.

Lire aussi :  Les groupes sanguins des chats, qu'est-ce que c'est ?
Dioxyde d'azote : comment il se forme et comment le réduire
Source : Pexels

Dioxyde d’azote, pollution

Le ministère de la santé, en plus de le définir comme un polluant typique de l’air extérieur, le répertorie parmi les. polluants de l’air intérieur les plus courants.. Dans notre péninsule, on utilise beaucoup le gaz, aussi bien dans les systèmes de chauffage que pour la cuisine. Le dioxyde d’azote, une fois de plus, contribue à la formation du smog photochimiqueen tant que précurseur de l’ozone troposphérique. Et, après avoir été transformé en acide nitrique, il contribue à la formation de ce que l’on appelle les “pluies acides”.

Comment peut-on réduire le dioxyde d’azote ?

Pour réduire l’exposition au dioxyde d’azote (NO2) à la maison, le ministère recommande de mettre en œuvre certaines mesures de prévention. Comme le contrôle régulier des appareils à gaz ; l’aération fréquente des pièces de la cuisine pour favoriser la dispersion des gaz nocifs. L’installation d’un extracteur d’air avec évacuation vers l’extérieur lors de la cuisson des aliments. Et encore, l’entretien régulier (y compris les contrôles et le nettoyage) des systèmes de chauffage, des chaudières, des conduits de fumée et des cheminées. Cela peut sembler évident, mais ça ne l’est pas, important d’éviter. fumer à l’intérieur.

En ce qui concerne les émissions de NO2 à l’extérieur, il pourrait toutefois être utile de promouvoir l’utilisation de moyens de transport durables tels que les transports publics, les vélos et les véhicules électriques ; améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments et des industries ; mettre en œuvre des technologies de contrôle des émissions industrielles ; minimiser l’utilisation d’engrais azotés dans l’agriculture. Et, bien sûr, imposer des réglementations plus strictes sur les émissions des véhicules et des installations industrielles. Comme toujours, il ne faut pas sous-estimer la sensibilisation du public.

SOURCES :