Home Environnement ” La caravane des glaciers : à la découverte du glacier de la Marmolada et du Montasio “.

” La caravane des glaciers : à la découverte du glacier de la Marmolada et du Montasio “.

0
” La caravane des glaciers : à la découverte du glacier de la Marmolada et du Montasio “.

Les protagonistes des deux dernières étapes de “La Carovana dei Ghiacciai” sont la Marmolada et le glacier .

Lorsque le dernier chapitre de notre journal de bord, “La caravane des glaciers“La campagne itinérante de Legambiente sera terminée dans deux jours.

Ce fut un long voyage, rempli de kilomètres, de minutes et de minutes de tournage, de concerts et de concerts occupés par les photos prises, mais ce qui a le plus rempli ce mois, ce sont les réflexions, les aperçus, les reportages.

À travers les yeux de David (photographe d'Ephoto, partenaire média de la Caravane), nous avons vécu des excursions, des surveillances, des moments de dénonciation, des récits sonores, des rencontres, mais surtout la douleur de nos paysages.

La disparition qui caractérise nos pics est en fait le souvenir le plus vif que nous ayons de ce voyage.

26 AOÛT

5:00 a.m.
La journée a commencé avant l'aube.
David commence à conduire en direction de Milan.
Aujourd'hui, c'est jour de conférence de presse, et comme il s'agit de l'étape lombarde, Ephoto accueille l'équipe de Legambiente dans ses locaux, Superstudio 13, pour donner ce dernier moment de la troisième étape.

8:00 am
Nous nous sommes mis en route avec les derniers préparatifs, en fond sonore notre dernière playlist de jazz et une grande envie de nous retrouver enfin pour un câlin et une discussion sur cette expérience importante.

10:00 a.m.
Les derniers détails, les drapeaux symbolisant la caravane et Legambiente, la conférence commence.
Les données sont solides et les images produites par David encore plus.
Le glacier Forni, un ancien glacier de l'Himalayaprotagoniste de ces trois derniers jours, fait l'objet d'un hommage et d'adieux lors du départ pour l'étape numéro quatre.
Direction : Canazei.
Départ à environ 15h30.
Dans le camping-car, avec David, se trouvent Ilenia et Francesca.
Le voyage en leur compagnie, entre bavardages, musique et rires passe très vite, malgré la longueur du trajet.

Arrivée : vers 23h30

En disant au revoir à Ilenia et Francesca, David se met en route pour le refuge de Fedaia, point de départ de la randonnée du lendemain.
FAIT pas trop FUN : en chemin, il rencontre trois cerfs intrépides qui traversent la route sans se soucier du danger.

Il est maintenant environ 2 heures du matin.

4ÈME ÉTAPE GLACIER MARMOLADA

Marmolada : prenons un peu de recul

27 AOÛT

Le réveil sonne à 7h30.
Je me lève et mon regard se pose enfin sur la Marmolada', nous dit David, ‘une montagne très fascinante et esthétiquement puissante'“.

Vers 8 heures du matin.
Les premières personnes à partir pour la randonnée de cette étape arrivent.
Café et croissants, comme d'habitude, et nous montons vers le premier refuge.

La journée est structurée en plusieurs “stations” où divers experts en glaciologie et professeurs de l'université de Padoue expliquent le glacier et font des discours sur l'exploitation et la spéculation que nous faisons de nos montagnes.

La Marmolada est sans aucun doute la randonnée que j'ai le plus appréciée” confie David “les rythmes de la caravane sont plus lents et m'ont permis de profiter de la vue et d'étudier la prise de vue avec le calme qui s'impose.“.

14 h.
Arrivée au cinquième et dernier lieu de l'excursion.
Peu après, le temps change si complètement que toute la vue est recouverte de brouillard en moins de cinq minutes.
La caravane prépare ses sacs à dos et commence à descendre en toute hâte vers la vallée. Malheureusement, la pluie s'abat sur eux.

Cette étape au niveau de la communication était très particulière.
Nous ne pouvions pas monter sur la Marmolada. La montagne est fermée aux opérations de recherche et de sauvetage depuis l'accident survenu au début de l'année.
Les mots des interviews ont été réfléchis et pondérés pour faire passer un message clair et précis sans occulter la tragédie mais sans s'y attarder plus que nécessaire.
C'était un travail différent et intéressant que d'essayer de raconter l'histoire de la Marmolada de loin en prenant du recul“, nous dit David.

28 AOÛT

Le deuxième jour de la randonnée, l'itinéraire est plus ou moins le même, seules les personnes et les activités changent.
Alors que le premier jour, David s'est concentré sur les paysages et les images du glacier, le deuxième jour, il a préféré porter son attention sur la caravane et les interventions/flash mobs.

Lire aussi :  Émissions de CO2, combien la technologie pollue

La quatrième étape est presque terminée, le lendemain aura lieu la traditionnelle conférence de presse de clôture de l'étape.
David se consacre au montage de la vidéo, dont l'un des thèmes clés, outre la randonnée et l'histoire de ce glacier, est l'utilisation de la montagne et la nécessité de repenser la montagne comme un outil d'éducation.

Personnellement, je ne m'étais jamais vraiment arrêté pour réfléchir à la façon dont nous détruisons les montagnes par les installations et l'instrumentalisation. Ce n'est que ces jours-ci que je réalise vraiment l'urgence de changer drastiquement les habitudes et la nécessité de réduire la spéculation que nous en faisons“, explique David.

30 AOÛT
Réveille-toi à environ 8 heures du matin.
Nous nous mettons en route en direction de Padoue. Avec David, dans le camping-car, se trouvent Ilenia et Francesca.
En quittant la vallée, l'itinéraire les conduit vers le col de Fedaia, l'un des pires des Dolomites pour les freins.
Dans la descente, le camping-car commence à perdre le contrôle : les freins ont surchauffé et ne fonctionnent plus. Après un arrêt et une longue attente avec le changement de température, les freins se rétablissent et nous repartons.
Arrivée à Padoue vers 15h00.
Comme prévu à 16h00 commence la visite du musée de géographie, suivie de l'apéritif scientifique.
Le lendemain, la conférence de presse finale aura également lieu au musée de géographie, une date très importante pour la presse compte tenu de la situation sur la Marmolada.

5ÈME GLACIER MONTASIO

Le glacier qui résiste

31 AOÛT

Vers 15h30, départ de Padoue en direction de Malborghetto.

Pendant le trajet en voiture, j'ai eu des émotions en regardant les montagnes frioulanes.
C'est peut-être l'étape que j'attendais avec le plus d'impatience“.
Ils arrivent à Malborghetto pour l'heure du dîner, où ils rencontrent Valter, président du comité glaciologique et maître de conférences à l'université Milano-Bicocca.
Comme le lendemain a environ 1000 mètres de dénivelé devant nous, nous nous couchons tôt.

1ER SEPTEMBRE

Réveil à 6h30, départ de Malborghetto à 7h15.
50 minutes de trajet jusqu'au refuge de départ : les paysages qui jalonnent la route nous coupent le souffle.

8h30
Nous nous attendions à ce qu'il y ait beaucoup de monde, mais nous en avons trouvé beaucoup plus.
Nous sommes un groupe d'environ 50 personnes.
Une première discussion de présentation et c'est parti pour le glacier.
Le chemin à travers la forêt est étroit et glissant, et il est assez délicat de faire des allers-retours pour prendre des photos.
Après environ trois heures de marche, nous arrivons en contrebas du glacier. C'est théoriquement l'un des rares glaciers qui n'a pas perdu de masse glaciaire. Sa position abritée, son exposition au nord et les avalanches de neige l'ont protégé au fil des ans.

Le déficit de Montasio est que, dans sa quasi-totalité, le glacier est recouvert de débris ; la portion de glace visible est, en fait, relativement faible.
Rendre en images ce que Vanda et le comité ont expliqué n'a pas été facile.

David interviewe Vanda et simultanément, le musicien entame la salutation au glacier, en commençant à jouer de l'accordéon pour que tout le monde soit excité.

Une fois le salut au glacier terminé, je poursuis les interviews de Nives Meroi et de son mari Romano Benet, des témoignages de Legambiente et des alpinistes qui ont gravi 8000 mètres.
Finalement, nous ne sommes plus que quelques-uns sur le glacier et nous pouvons profiter du silence de cette montagne pendant quelques instants.
Il commence à faire froid, nous descendons vers la vallée.
Belle journée, intéressante, mais aussi très fatigante.

2 SEPTEMBRE

Dernier jour de la caravane et la nostalgie commence à prendre le dessus.
Cela fait maintenant 20 jours que nous avons commencé cette aventure. La vue de ces pentes a immédiatement éloigné David du monde.

J'ai rencontré des personnes qui respectent le pouvoir de ces créatures, en les étudiant et en apprenant à les connaître. Sans avoir la présomption de pouvoir les comprendre entièrement.
Se sentir déjà chez soi dans des contrées lointaines.
Entendre leur souffle, leur cri. Le bruit des fracas et des grondements sur leurs pentes comme s'ils pleuraient de vraies larmes.
Marcher sur les moraines de l'ère glaciaire. Sentir le poids du temps.
Ressentir la responsabilité de leur donner du crédit, de raconter leur histoire et de leur rendre hommage comme ils l'ont fait pour nous et comme ils continuent encore à le faire, en se battant de toutes leurs forces contre un ennemi plus grand qu'eux.
Les glaciers lancent un appel à l'aide, chacun à leur manière, et la chance d'être témoin et porte-parole de ce cri est une fierté que je porterai en moi.
Arriver devant ces géants de glace le souffle court et les jambes fatiguées. Prendre une respiration, lever les yeux et se sentir aussi vivant qu'eux.“.

Lire aussi :  Les émissions de CO2 sont réduites grâce à Pnrr

David, l'un des moments les plus forts ?

De nombreuses rencontres m'ont stimulée et enrichie.
Les spectacles musicaux dans les montagnes étaient très émouvants.
Des récits intimes non verbaux qui faisaient vibrer l'âme des personnes présentes. Activités fondatrices de
“La Caravane des Glaciers”[…]où la montagne est racontée par des experts du côté scientifique et interprétée artistiquement par des musiciens invités.
Le premier musicien que j'ai rencontré dans la caravane, Martin Mayes, un artiste exceptionnel et une personne d'une sensibilité hors du commun.
La musique du saxophoniste qui a salué et rendu hommage à la Marmolada ne l'était pas moins : improviser et expérimenter à la simple vue de la reine des glaciers.
Le dernier artiste, Paolo Forte, qui avant Montasio nous a donné son interprétation du glacier timide qui se cache entre les montagnes pour se protéger.“.

Et les histoires ?

Je vais t'en citer deux qui pourraient t'intéresser.
Sur la Marmolada, je me suis arrêté pour dormir au col de Fedaia. Arrivé tard dans la nuit, je me suis garé à côté d'un camping-car de style années 1960. Un de ces véhicules qui, lorsque tu le vois sur la route, te fait penser que tu es sorti d'un film du passé.
Le matin, dès mon réveil, j'ai rencontré les propriétaires. Deux messieurs âgés de 80 ans, amoureux de la montagne. Ils s'étaient rencontrés des années et des années auparavant sur les pentes de la Marmolada et consolidaient leur relation chaque année en revenant profiter ensemble de cette vue.
Autre rencontre particulière, le premier hôtel de Val Veny, comme dans un film de Wim Wenders. Le personnel de l'hôtel avait l'air de sortir du “Gran Budapest Hotel”.
Dès le départ, on se rend compte que cet endroit a une âme et une spiritualité particulières.
Ce n'est pas l'hôtel lui-même qui dégage ces sentiments, mais les gens avec leurs expériences et leurs histoires.
Le propriétaire, un alpiniste nostalgique, voulait voir toutes les photos et vidéos du glacier qu'il connaissait depuis 40 ans et où il n'était pas retourné depuis des années.
Lors du dernier dîner de cette étape, nous commençons à discuter avec le cuisinier. Il était toujours en train de nous mettre au courant de nos déplacements et de nos initiatives. La discussion porte sur sa vie et il nous dit que c'est l'hôtel de ses parents.
Ouvert seulement deux mois par an et qu'il n'est pas cuisinier de profession mais qu'il travaille à Rome au tribunal de la Sacra Rota.
Les autres employés n'étaient pas en reste : deux jeunes filles étrangères arrivées à l'hôtel pour la saison estivale. Elles ne parlaient pas italien mais à chaque fois que tu croisais leur regard, elles souriaient. Elles pouvaient se déplacer dans l'espace dans un silence total.
Les derniers, mais non les moindres, étaient les clients de l'hôtel. Des messieurs âgés en vacances qui se déplaçaient avec beaucoup de difficultés de la salle de télévision à la petite table sous les arcades. Ils jouaient aux cartes ou chantaient des chansons folkloriques en s'accompagnant d'un diamonica“.

Le souvenir que tu emporteras chez toi ?

J'emporterai avec moi une expérience d'apprentissage et de croissance personnelle sur plusieurs fronts. Sur le plan professionnel, c'était très intéressant. Être capable de raconter l'histoire d'un glacier de manière dynamique sans tomber dans le banal, être capable de montrer les aspects critiques mais sans filmer ou raconter uniquement les problèmes. Trouver un point de rencontre dans la narration entre le journalisme et l'esthétique de ces lieux a été le défi personnel de cette campagne itinérante.“.