Accueil Environnement ‘La caravane des glaciers’, un voyage à travers les sommets alpins pour...

‘La caravane des glaciers’, un voyage à travers les sommets alpins pour raconter les effets du changement climatique.

22
0

“La caravane des glaciers” est un à travers les sommets alpins pour raconter les effets du sur les glaciers.

La vie est faite de paradoxes.
Chaque jour, dans nos studios photographiques, nous voyons des personnalités porter des vêtements alors que nos glaciers sont complètement dénudés.
C'est pourquoi EPHOTO a décidé de s'impliquer dans le soutien d'une campagne itinérante de Legambiente pour sensibiliser à l'état de nos sommets désormais nus, ou pour citer Enrico Camanni – témoignage de la caravane – “les montagnes en blanc déshabillées”, en participant en tant que partenaire technique à la troisième édition de “La Carovana dei Ghiacciai”.

EPHOTO est née en 2013 de l'expérience de 3 associés fondateurs dans le domaine des productions photographiques eCommerce et est contrôlée par Triboo Spa depuis 2017. En 2021, elle est devenue une Benefit Company, s'engageant quotidiennement à respecter notre planète, en soutenant l'objectif de rendre complémentaires les objectifs commerciaux et de durabilité.

“La Carovana dei Ghiacciai” est un voyage à travers les sommets alpins pour raconter les effets du changement climatique sur les glaciers et promouvoir la protection des montagnes de haute altitude.
La campagne itinérante atteindra différents lieux où, en collaboration avec le Comité glaciologique italien, des analyses et des collectes de données sur l'état des glaciers seront effectuées.
Elle débutera le 17 août dans le Val d'Aoste entre les glaciers Miage et Pré de Bar, puis se poursuivra vers le Piémont entre ceux du Mont Rose, entre les glaciers Forni en Lombardie, dans la Marmolada dans le Trentin, et enfin jusqu'au glacier Montasio dans le Frioul-Vénétie Julienne.

EPHOTO entend poursuivre, dans l'exercice de son activité économique, de multiples finalités d'intérêt commun et opérer de manière responsable, durable et transparente à l'égard des personnes, des communautés, des territoires et de l'environnement, des entités et associations et des autres parties prenantes” déclare Roberta Pirisino, cofondatrice d'EPHOTO “.mettre en place une collaboration comme celle avec Legambiente est pour nous une source de grand enthousiasme ainsi qu'une occasion de réfléchir à tout ce que nous pouvons faire en tant qu'entreprise et en tant qu'individus. Nous avons intégré ce type d'activité dans notre travail quotidien afin de sensibiliser nos employés et collaborateurs. En effet, nous croyons en la forte synergie qui peut naître avec des réalités telles que Legambiente, d'un point de vue éthique, éducatif et environnemental. Nous avons décidé de nous engager avec un modèle d'entreprise qui ne se concentre pas seulement sur le profit mais aussi sur la génération de valeur pour toutes les parties prenantes” conclut Roberta Pirisino “c'est pourquoi nous nous engageons à mettre en œuvre des projets qui ont un impact positif sur les personnes et la planète, dans le but d'établir des partenariats vertueux avec des organisations engagées dans la protection des ressources et de la beauté de ce monde.“.

E-photo soutient la campagne itinérante avec son savoir-faire : l'équipe comprendra un photographe et un vidéaste qui assisteront à l'intégralité de la Caravane, et en raconteront les étapes au travers d'anecdotes et d'histoires. Derrière l'objectif, pour ce voyage technique mais aussi émotionnel, se trouvera le photographe David Fricano.
David est né à Rome en 1993, et a commencé sa carrière dans le monde de la photographie dans la capitale.
Ses prises de vue sont axées sur l'investigation et la découverte de réalités en marge de la société. Parmi ses expériences professionnelles les plus marquantes, David se souvient des deux années qu'il a passées dans un cirque en tant que photographe et artiste. C'est ainsi qu'armé de son précieux chapeau et de sa lampe frontale, David nous emmène à travers ces paysages incroyables qui méritent d'être racontés et préservés dans les moindres détails par l'image. Pour vivre les montagnes, il pratique l'escalade. Cela lui permet, explique-t-il, de regarder les parois rocheuses des montagnes avec des yeux différents, d'observer et d'étudier toutes les formes jusqu'à pouvoir admirer leur force et leur majesté. Dans son sac à dos, il ne manque pas de bandes en plastique, de vis, de boulons divers et de pinces : tout ce dont nous avons besoin pour survivre aux imprévus que nous offre la montagne, ainsi que des livres de poèmes d'Odysseas Elitis et de Kavafis.
“La Carovana dei Ghiacciai” est un voyage de nature technico-scientifique, avec le suivi et la collecte de données par le biais d'excursions en haute altitude, mais aussi émotionnelle : un moment pour vivre le contact avec les glaciers à travers l'art et la musique.
C'est une excursion avec un grand objectif : cultiver la prise de conscience et le désir de changement.

Lire aussi :  Journée du chiot, qu'est-ce que la journée du chiot ?

15 AOÛT 2022
DE ROME À LA PREMIÈRE ÉTAPE

Inutile de le nier, le départ est toujours le meilleur moment du voyage.
Rome est encore endormie mais l'adrénaline et l'envie de faire partie de cette nouvelle aventure devancent inévitablement le réveil. Il ne reste donc plus qu'à se mettre en route.
Le camping-car est prêt et, bien que le jour “zéro” soit le 16 août, David préfère anticiper l'arrivée d'un jour pour commencer à s'acclimater au paysage qui l'accueillera pendant une vingtaine de jours.
Un rapide au revoir au Colisée et en route pour Ivrea, où il garera son camping-car sur une aire de repos pour passer la nuit et être prêt pour la première réunion du lendemain avec toute l'équipe de “La Carovana dei Ghiacciai”.

16 AOÛT 2022
JOUR ZÉRO

Réveil paisible le long de la rivière dans la région d'Ivrea.
Une promenade pour profiter de la détente que seule la nature peut nous offrir, vérifier le matériel et être prêt pour la rencontre avec Vanda Bonardo, responsable Alpes de Legambiente.
Dès son arrivée, il a eu l'impression de se sentir chez lui : l'attitude ensoleillée et positive du groupe l'a accueilli.

Vers 15h30: le groupe est au complet, nous nous mettons en route vers le Val Veny.
Arrivés à destination, Marco Giardino, vice-président du comité glaciologique, après un premier moment de connaissance, raconte à David l'histoire du glacier et de l'hôtel où ils seront pensionnaires.
En 1997, lors d'une avalanche de roches et de glace, la structure où ils séjournent a été envahie par des débris et de la neige, de sorte qu'elle a été recouverte et fortement endommagée, à l'exception d'une table à manger posée, la seule chose qui soit restée parfaitement intacte.
Une première anecdote qui donne beaucoup à réfléchir sur ce que peut provoquer le recul des glaciers.
L'hôte de l'établissement, nous dit David, est une personne qui a toujours vécu là, vivant les glaciers avec beaucoup de nostalgie.

Lire aussi :  Le dessalement de l'eau de mer : une solution à la sécheresse ?

Vers 18h30Après un premier partage technico-scientifique et une discussion sur les glaciers dans leurs différentes parties, la réunion pour l'expédition du 17 août commence, en partageant tous les problèmes et idées possibles sur la caravane.
Marco et Vanda parlent du glacier de Miage et de l'histoire du “lac qui apparaît et disparaît”.
Jusqu'à il y a trois ans, le phénomène se répétait sur une période beaucoup plus longue, de 5 à 10 ans, alternant des moments d'inondation avec des périodes complètement sèches.
Le phénomène actuel, en revanche, a une cadence beaucoup plus serrée, enregistrant un changement brutal au sein même de l'année depuis 2019. Depuis juillet, en effet, il s'est complètement asséché. Cet aspect fait l'objet d'une étude. Le lendemain, le point où l'eau s'échappe (ou refait surface) sera identifié pour la première fois au cours de l'étape.

17 AOÛT 2022


1er MONTE BIANCO ICE ROUTE (MIAGE ET PRè DE BAR)
Le glacier de Miage et l'histoire du lac qui apparaît et disparaît.
Evolution glaciaire et fragilité des pentes dans le Val Ferret

5h30
Le réveil a sonné très tôt ce matin. David a décidé de prendre un time lapse à l'aube. Il a installé l'appareil photo et a profité du spectacle devant les montagnes.

8h30
Rencontre avec toute l'équipe au bar Premotton.
Petit déjeuner rapide, café et 2 croissants.
(David nous dit, bien sûr, qu'il faudra beaucoup d'énergie pour passer la journée).

9:00am
Départ.
La marche commence. Environ 40 minutes de marche jusqu'à un refuge situé à une vingtaine de minutes du lac. Pendant ce temps, nous nous sommes souvent arrêtés pour écouter les histoires et les explications de Marco Giardino et des experts.

12 midi
Arrivée au lac. Après une montée courte mais fatigante, une scène spectaculaire et en même temps terrible s'ouvre devant nous : un lac vide entouré de masses de débris rocheux. Une petite pause près du lac puis nous repartons en grimpant sur la Cresta della Morena.

14:00 heures
Nous entamons la descente. La météo n'augure rien de bon, le rythme de la descente est donc serré.
Pendant ce temps, Vanda anticipe auprès de David qu'il y a sept ans, elle était allée sur le glacier du Pre De Bar, la destination du lendemain, en ayant regagné 700 bons mètres.

17:00 heures
Arrivé à l'hôtel pour monter les séquences vidéo à partager avec les médias d'information et le bureau de presse de Legambiente pour la conférence de presse concluant la première étape.
Le travail est un travail d'équipe, ensemble nous regardons le tournage et “nous commentons ce que la nature nous réserve malheureusement. Ce n'est que le premier jour et je ressens déjà un lien fort avec ce beau groupe, des gens avec une passion très forte. Bien que la fatigue soit déjà présente, je suis et nous sommes très satisfaits de cette journée.
Les 20 kg sur mes épaules, donnés par la caméra, le trépied et le drone autour de mon cou se font sentir, mais ils sont tous remboursés par le fait de pouvoir documenter et voir en direct une catastrophe de cette ampleur. Les images d'aujourd'hui parlent d'elles-mêmes : une étendue de rochers et aucune trace de neige ou de glace.
” conclut David.