Accueil Environnement La nutrition parentérale pour les chiens, comment ça marche

La nutrition parentérale pour les chiens, comment ça marche

719
0

Lorsque la médecine humaine et vétérinaire a un patient critique, qui ne se nourrit pas tout seul, il est nécessaire de procéder à une nutrition forcée. Cela peut se faire de deux manières : par nutrition entérale avec des tubes d'alimentation ou par nutrition parentérale, par voie intraveineuse. Les deux pratiques ont des avantages et des inconvénients, mais aujourd'hui nous allons traiter de la nutrition parentérale : qu'est-ce que c'est ? Quand doit-elle être effectuée ? Pendant combien de temps ? Y a-t-il des complications ?


La nutrition parentérale pour le chien, comment ça marche ?

Lorsqu'un animal ne parvient pas à se nourrir correctement, quelle qu'en soit la raison, il est confronté à divers problèmes et troubles physiopathologiques. Nous pouvons avoir un déficit d'oxygène pour les cellules, une réduction des défenses immunitaires, une augmentation du métabolisme catabolique, un déficit énergétique, une réduction du volume des muscles, des organes, des dommages au foie et aux reins et bien plus encore.

Pour ces raisons, le vet pourrait recommander de passer à la La nutrition parentérale du chien. À ne pas confondre avec la nutrition entérale : ce sont deux choses distinctes.

Quelle est la différence entre la nutrition entérale et parentérale ?

Nutrition entérale ou nutrition parentérale ne sont pas la même chose. La nutrition entérale forcée implique l'insertion de sondes à différents endroits, en fonction de la localisation de la pathologie :

  • naso-oesophagien
  • naso-gastrique
  • oesophagostomie
  • gastrostomie
  • dijunostomie

Dans ce cas, il faut utiliser soit aliments spéciaux ou des régimes spécifiques, mais dilué avec de l'eau, puis mélangé et enfin tamisé. Cela permet d'éviter que la sonde ne se bouche.

Cependant, aujourd'hui, nous allons traiter de la nutrition parentérale, c'est-à-dire de la nutrition intraveineuse. Elle est divisée en deux parties :

  1. la nutrition parentérale totale ou NPT : via un accès veineux central (veine jugulaire ou veine cave caudale), le chien reçoit tous ses besoins énergétiques au repos ou en RER
  2. nutrition parentérale partielle ou NPP : via une veine périphérique, généralement céphalique de l'avant-bras, le chien reçoit 50-60% des kilocalories du RER.

Quand commencer la nutrition parentérale chez le chien ?

La nutrition parentérale chez le chien : les IV

Quand commencer la nutrition parentérale ou PN ? Bien qu'il soit toujours préférable d'opter pour une nutrition entérale lorsque cela est possible, chez les chiens, il faut opter pour une nutrition parentérale lorsque le système gastro-intestinal est incapable d'absorber les nutriments nécessaires.

Voici quelques-unes des conditions dans lesquelles elle est nécessaire :

  • Parvovirose
  • Pancréatite aiguë
  • tumeurs
  • lymphome intestinal
  • fracture de la mandibule, dislocation de la mandibule
  • iléus paralytique ou autres troubles de la motilité intestinale
  • inconscience du patient
Lire aussi :  Protection des animaux utilisés à des fins scientifiques : loi

Mais il ne s'agit que de quelques cas. Souvent, en fait, cette forme de nutrition est aussi adoptée lorsque la nutrition entérale seule n'est pas suffisante pour couvrir la besoins nutritionnels du chien. Elle est souvent mise en œuvre en cas de vomissements, d'acidocétose diabétique et de douleurs postopératoires.

Concernant quand commencer l'alimentation forcéeil faut considérer que déjà 24 heures après le jeûne, le chien a épuisé ses réserves de glycogène et qu'après 3 à 5 jours de jeûne, il est dans un état de malnutrition. C'est pire chez le : après 3 jours de jeûne, les chats peuvent développer une forme de lipidose hépatique.

Comment se déroule la nutrition parentérale ?

Chez les chiens, dans la plupart des cas, on opte pour une nutrition parentérale partielleet aussi pour un facteur lié à l'accès veineux, sa gestion et son coût. Le vétérinaire fournira un canule dans la veine céphaliquemais attention : cet accès veineux doit être changé tous les trois jours. Ou même plus fréquemment si des signes de phlébite apparaissent.

La canule doit être fixée proprement et vérifiée au moins deux fois par jour, pour s'assurer qu'elle est perméable, qu'il n'y a pas de signes d'infection, mais aussi qu'elle est toujours dans la veine. Les chiens ne restent pas gentiment immobiles et les chances que la canule sorte à cause des mouvements continus du patient ou parce qu'il l'a lui-même mordue sont très élevées.

Du sérum physiologique, du Ringer lacté, une solution de glucose, des solutions colloïdales, des électrolytes, des lipides, des glucides et des protéines peuvent être administrés via le cathéter intraveineux. Il va sans dire que l'administration de ces produits doit être surveillée par le vétérinaire.

Surtout dans le cas de solutions colloïdales, de lipides ou autres, le patient doit être hospitalisé. Cela s'explique aussi par le fait que les taux d'électrolytes sanguins doivent être vérifiés tous les jours.

Combien de temps la nutrition parentérale dure-t-elle chez le chien ?

Souvent, le propriétaire demande combien de temps le chien doit rester sous perfusion lorsqu'il ne mange pas.. Traduit, cela peut aussi signifier combien de temps la nutrition parentérale dure chez le chien.

En général, il faut faire quelques considérations, également parce que chaque patient aura besoin d'une durée différente :

  • en théorie jusqu'à ce que le chien reprenne son alimentation orale de lui-même de sorte que les besoins nutritionnels soient satisfaits. Mais cela est impossible à établir a priori : cela dépend de l'évolution de la maladie du patient.
  • tant que les veines sont disponibles. En effet, les veines qui ne sont pas utilisées se thrombisent progressivement et ne peuvent pas être utilisées pendant une certaine période. Cela signifie que les accès veineux sont limités : entre les pattes avant et arrière, en considérant que tous les trois jours, une veine doit être changée, si tout se passe bien et si le chien ne retire pas la canule une demi-heure après l'avoir insérée, les veines utilisables s'épuisent à un moment donné.
Lire aussi :  Qu'est-ce que la biodiversité urbaine et comment la protéger ?

Quelles sont les complications de la nutrition parentérale chez le chien ?

Vétérinaire avec un chien

Il y a complications en ce qui concerne la nutrition parentérale chez le chien? Plus ou moins les mêmes qu'en médecine humaine. Les principaux sont :

  • Phlébite et vascularite
  • infections
  • travail accru pour le foie et les reins, notamment pour éliminer les résidus lipidiques ou azotés
  • Œdème des membres
  • ulcères et nécroses de la peau, notamment suite à un surdosage de certains médicaments administrés par voie intraveineuse
  • Augmentation de l'osmolarité du sang
  • risque accru de thromboembolie

Les canules doivent également être évitées lorsque la peau du chien montre des formes graves d'infection ou de septicémieMême avec des mesures de désinfection appropriées, le risque d'infection est élevé.

En parlant des patients canins, il faut donc ajouter le fait qu'ils ne restent normalement pas assis : en général, ils bougent constamment, emmêlent le goutte-à-goutte avec leurs pattes, détachent le goutte-à-goutte même s'il est bien fixé, essaient de l'enlever, plient leur patte, empêchant ainsi le goutte-à-goutte de descendre.

Bien sûr, les pompes à perfusion aident dans ces cas-là, mais en général, il faut quelqu'un pour vérifier en permanence que la perfusion descend correctement et qu'il n'y a pas de problème. D'où la nécessité d'une hospitalisation et d'une surveillance étroite.

Dernière considération : tout cela à un coût. Non seulement l'application de la canule, mais aussi l'hospitalisation, les examens de suivi et, surtout, l'utilisation de solutions spéciales de réhydratation et de nutriments, augmentent la dépense finale.

Je recommande : demande toujours à ton vétérinaire une devis indicatif afin d'éviter les récriminations désagréables par la suite.

Sources