Home Maison & Jardin Mildiou : comment le reconnaître et traitement

Mildiou : comment le reconnaître et traitement

0
Mildiou : comment le reconnaître et traitement

Le est une maladie très répandue des plantes ornementales et potagères qui est très agressive et peut endommager des cultures entières. Elle se présente sous forme de taches sombres sur les feuilles et de pourriture des fruits et, avec le temps, elle entraîne la mort de la culture. Elle est causée par certains organismes tels que la chromista, mais aussi par des infections fongiques de différentes sortes. Mais comment protéger les cultures dans une optique de prévention et quels sont les remèdes naturels utiles contre l'infestation ?


Mildiou : comment le reconnaître et les remèdes pour les plantes touchées

La Mildiou est l'un des plus répandus maladies des plantes et, malheureusement, aussi l'une des plus agressives. Causée par certains parasites qui vivent généralement dans le sol, elle peut en effet détruire des récoltes entières en peu de temps, en s'attaquant principalement aux tomates, aux pommes de terre et aux vignes. C'est pourquoi il est nécessaire chaque année non seulement d'éradiquer les micro-organismes à l'origine de cette maladie résistante, mais aussi de consacrer suffisamment de temps à la prévention.

Mais comment reconnaître le mildiou et, surtout, quels sont les principaux remèdes pour les plantes affectées ?

Comme nous l'avons déjà mentionné, le mildiou est très répandu et également très complexe à gérer. En Italie, il peut apparaître dans n'importe quelle région, du nord au sud, c'est pourquoi il est toujours utile de demander de l'aide à ton fournisseur botanique de confiance, afin qu'il puisse te proposer les stratégies de prévention et de traitement les plus adaptées à ton emplacement.

Voici quelques conseils utiles.

Le mildiou : qu'est-ce que c'est ?

Mildiou
Source : Université de Clemson via Wikimedia

Le terme mildiou fait référence à une maladie des plantes causée par certains chromistes, parasites unicellulaires et multicellulaires appartenant principalement à la famille des Mildiou et, dans une moindre mesure, à Pythiaceae. Il s'agit d'une maladie végétale très agressive, capable d'endommager les plantes touchées en peu de temps et de conduire à la perte de cultures entières.

Le mildiou est une maladie trophiquec'est-à-dire causée par des parasites qui privent la attaquée de nutriments au point de la faire mourir. Les chromistes responsables de l'infestation sont normalement présents dans le sol, souvent dormants, mais dès que la plante pousse, ils colonisent la tige, dévastant toutes les parties aériennes de la plante en peu de temps.

Quelques conditions climatiques peuvent favoriser l'apparition du mildiou, comme unehumidité des précipitations très élevées, plus fréquentes et plus abondantes que d'habitude, peut-être en alternance avec des périodes de chaleur intense. C'est précisément cette alternance entre averses et moiteur, typique de cette ère de changement climatique, qui rend le mildiou de plus en plus fréquent sur les cultures du monde entier.

Pourtant, il ne s'agit pas d'une maladie récente ou uniquement liée au changement climatique : au milieu des années 1800, en effet, les chromistes responsables de l'infestation ont provoqué une très grave pénurie alimentaire en Irlande.

Symptômes et manifestations du mildiou

Mildiou
Source : Jerzy Opiola via Wikimedia

Mais comment reconnaître le mildiouquels sont les symptômes qui doivent déclencher la sonnette d'alarme afin d'agir à temps pour éviter que le champ d'action de ces parasites ne s'étende davantage ? Il existe de nombreux signes qui permettent d'identifier cette infestation, dès les premiers stades :

  • Pousses blanchâtres: Le mildiou affecte la plante dès les premières semaines après l'apparition des pousses, qui peuvent être peu colorées, ternes ou même blanchâtres ;
  • Taches sur les feuilles: Les feuilles des plantes commencent à présenter des taches d'une couleur différente de celle des parties saines de leur propre surface. Et elles deviennent plus intenses au fil du temps : au début, elles sont jaunes, puis brunes et même noires, lorsque la nécrose de la plante est bien avancée ;
  • Pourriture des fruitsMalheureusement, le mildiou peut aussi affecter les fruits, surtout les baies et les fruits en grappe, ce qui entraîne une pourriture très rapide ;
  • Pourriture totale des plantesÀ des stades avancés, l'infestation touche toutes les parties de la plante, ce qui conduit à un état de pourrissement total et finit par entraîner la mort de la culture.
Lire aussi :  Offrir une pivoine : signification du geste.

Mildiou : quelles sont les cultures les plus touchées ?

Le mildiou est un ravageur de plus en plus courant et, de par sa nature, il peut affecter pratiquement tous les types de plantes : tant ornementales qu'horticoles.

Cependant, il y a certaines cultures où le phénomène semble beaucoup plus fréquent.

Mildiou de la tomate

Plante de tomate

Le site tomate est l'une des plantes les plus touchées par le mildiou car, en plus de l'action des organismes chromistes, il existe également des preuves de certaines infestations fongiques. En particulier, le coupable de la symptomatologie néfaste est le Phytophthora, a parasite mycète appartenant à la famille des Oomycètes et très répandu parmi les Solanaceae.

Le mildiou de la tomate est plus fréquent dans les climats humides et fréquemment irrigués, que ce soit par des pluies normales ou par l'arrosage humain. Il n'est pas surprenant que l'agent pathogène exploite leseaul'eau, en particulier l'eau de pluie, pour la transférer d'une plante à une autre, déclenchant ainsi son action néfaste. La pathologie végétale peut entraîner des taches sur les feuilles, la perte de la couleur de la tige, la pourriture des fruits et, finalement, la mort complète de la plante.

Mildiou de la pomme de terre

Pommes de terre

Le mildiou peut aussi facilement affecter les pommes de terreégalement due à l'action conjointe des organismes chromistes et de la contamination fongique avec les Phytophthora. Cette infestation se manifeste principalement à partir du printemps et semble se propager rapidement à cause de tubercules déjà contaminés ou, comme dans le cas des tomates, à cause d'un arrosage excessif. Dans ce cas aussi, les climats très humides contribuent fortement à la propagation de l'agent pathogène.

Le premier signe de la maladie est l'apparition de taches sur les feuilles de la plante, d'abord blanchâtres, puis de plus en plus foncées. En même temps, une nécrose progressive des tiges se produit, avec des sacs remplis de liquide et, finalement, la mort du légume.

Lire aussi :  Stapelia : qu'est-ce que c'est et comment prendre soin de cette plante.

Mildiou de la vigne

Vigne

La mildiou de la vigne est très répandu et, parmi les différents organismes responsables, le Plasmopara viticolaun agent fongique. Le premier signe d'infestation est l'apparition de taches de couleur ambrée et d'aspect huileux sur les feuilles. Ensuite, on assiste à la multiplication d'une couche fongique blanchâtre qui, avec le temps, se transforme en moisissure. Lorsque l'infection est à un stade avancé, les feuilles commencent à se dessécher et à tomber, tandis que les grappes de fruits subissent un processus de décomposition très rapide.

Là encore, le résultat final de l'infestation par le mildiou est la mort de la planteavec la perte de la récolte et d'énormes dégâts pour l'ensemble du secteur viticole.

Remèdes naturels pour lutter contre le mildiou

Comme nous l'avons déjà mentionné, une infestation de mildiou est généralement très grave et peut entraîner la perte de plantes et de récoltes, c'est pourquoi il est nécessaire d'agir à la fois sur le front de la prévention et de l'éradication, en recourant également à des méthodes naturelles.

La prévention de l'infestation

Bien que les agents responsables du mildiou soient pratiquement omniprésents dans le sol, il est possible de prendre des mesures pour qu'ils ne trouvent pas de conditions idéales pour leur prolifération. Comme nous l'avons déjà vu, une disponibilité excessive d'eau et une humidité abondante peuvent favoriser à la fois les microorganismes chromistes et les attaques fongiques. À cet égard, il est donc utile de faire attention à :

  • Arrosage et irrigationIls ne doivent jamais être excessifs et, surtout, le sol doit pouvoir profiter d'un débit d'eau plus qu'optimal, pour éviter la stagnation. Dans les périodes où les précipitations semblent abondantes ou anormales, il est également utile de couvrir les plantes les plus à risque ;
  • CuivreL'application de cuivre sur la base des plantes les plus à risque, en suivant les dictats de l'agriculture biologique, peut prévenir l'apparition du mildiou.

Remèdes naturels contre le mildiou

Huile de neem

I remèdes naturels peuvent être de précieux alliés pour contenir le mildiou mais, étant donné la vitesse à laquelle l'agent pathogène se propage et les risques qu'il peut faire courir aux cultures, d'autres solutions ne doivent pas être écartées a priori. En général, elles semblent avoir une certaine efficacité :

  • Cuivrefreine la propagation de l'agent pathogène, notamment en protégeant les parties aériennes non encore touchées ;
  • Huile de neemCette huile semble être très efficace contre les micro-organismes qui causent la maladie, surtout si 5 ml sont dilués dans de l'eau et ensuite pulvérisés sur les plantes touchées ;
  • Propolis: son efficacité est variable, mais ce produit des abeilles est connu pour ses propriétés antiseptiques, antibactériennes et antifongiques. Elle est versée pure ou en dilution sur les parties affectées des plantes ;
  • Zéolite et kaolinCes roches, réparties à la surface du sol, aident à contenir l'humidité et rendent ainsi l'infestation par le mildiou moins probable.

Sources