Accueil Environnement Nucléaire, voici les 51 zones adaptées à l’emplacement du dépôt national de...

Nucléaire, voici les 51 zones adaptées à l’emplacement du dépôt national de déchets radioactifs.

17
0

Voici les 51 zones propices à l’implantation du dépôt national de déchets radioactifs en Italie : la carte du ministère.

Il a fallu des années, entre études et controverses, mais le ministère de l’environnement et de la sécurité énergétique a finalement publié la carte de l’Italie. carte des zones appropriées pour le dépôt national de déchets nucléaires.la carte dite nationale des zones appropriées (CNAI) élaborée par la Sogin sur la base des commentaires formulés à la suite de la consultation publique et de l’atelier national menés après la publication de la carte nationale des zones potentiellement appropriées (CNAPI), et approuvée par l’Inspection nationale de la sûreté nucléaire et de la radioprotection (Isin).

51 zones identifiées dans toute l’Italiedu nord au sud, et concentrées dans cinq zones de six régions :

  • 10 en Basilicate (5 à Materano et 5 à Potentino)
  • 4 en Basilicate et dans les Pouilles
  • 21 dans le Latium (dans la région de Viterbese)
  • 5 dans le Piémont (dans la région d’Alessandria).
  • 1 dans les Pouilles (à Gravina)
  • 8 en Sardaigne (2 dans l’Oristanais et 6 dans le Sud de la Sardaigne)
  • 2 en Sicile (dans la région de Trapanese)
Lire aussi :  Quelles sont les réglementations environnementales européennes les plus connues ?

Nous avons réalisé une carte qui devrait donner une idée plus claire de l’endroit où, selon les règles de l’UE, un dépôt national de déchets nucléaires pourrait être construit par la Sogin, la société publique pour le démantèlement des centrales nucléaires qui devra construire et gérer la décharge.

zones de dépôt nucléaire

Les principales conditions pour l’identification des zones adéquates sont l’éloignement des centres habités, des cours d’eau et des aquifères, des zones sismiques et des zones agricoles. Une liste qui est loin d’être définitive, puisque des controverses s’élèvent déjà sur les emplacements choisis. La prochaine étape pourrait toutefois bouleverser la donne avec la présentation, dans les 30 jours suivant la publication de la liste par le ministère de l’Environnement, d’autodésignations pour les communes qui ne figurent pas sur la carte, comme l’envisage le récent DL Energia.

Immédiatement après la publication de la liste, un chœur de non s’est élevé des zones choisies, à commencer par celle de la région Basilicate, qui compte à ce jour le plus grand nombre de zones adaptées au stockage national des déchets nucléaires. Cosimo Latronico, conseiller régional pour l’environnement et l’énergie, a rapidement publié une note qui ne laisse aucune place à l’interprétation :

La région Basilicate réitère son non à l’identification de sites pour les déchets radioactifs en Lucanie. Notre position n’a pas changé et ne changera pas. La région Basilicate apporte déjà une contribution extraordinaire à l’approvisionnement énergétique du pays. Je suis sûr que, comme l’a déjà dit le ministre Pichetto Fratin, les communes qui ont déjà exprimé leur volonté d’accueillir de tels dépôts de déchets radioactifs seront identifiées.

Quelques candidatures sont déjà arrivées, à commencer par la commune de… Trino Vercellesedans la province de Vercelli, qui abritait jusqu’en 1990 la centrale nucléaire Enrico Fermi, construite par la SOGIN au début des années 1960 et fermée après le référendum sur le nucléaire. Accueillant le dépôt national, le IlSole24Oreapporterait “des millions de contributions publiques à la région, ainsi que 4 000 employés sur le chantier de construction pendant quatre ans et 700 à 1 000 personnes pour la gestion” de l’installation.

Lire aussi :  Norvège, feu vert pour le déversement controversé de déchets miniers dans un fjord.