Accueil Mobilité Parenzana à vélo ? Voici ce qu’il faut savoir avant de partir

Parenzana à vélo ? Voici ce qu’il faut savoir avant de partir

31
0

La Parenzana est un tronçon de route de 123 kilomètres qui relie l', la Croatie et la Slovénie. Elle était autrefois occupée par le chemin de fer du même nom, utile pour l'exportation des matières premières istriennes et plus tard aussi pour la circulation des personnes. Mais aujourd'hui, restaurée et transformée en une belle piste cyclable, elle est l'un des points de repère les plus appréciés des amateurs de vélo.

Les vététistes savent que la Parenzana à vélo est l'un des itinéraires cyclables incontournables d'Europe. En fait, la route a une longueur totale de 120 kilomètres et certaines personnes la parcourent à vélo par étapes, ou choisissent un tronçon de l'itinéraire. En général, cette belle piste cyclable permet de relier pas moins de trois pays.

La Parenzana relie en fait l'Italie, la Croatie et la Slovénie et suit le même tracé que le chemin de fer du même nom, tombé en désuétude lors de la conquête de l'Éthiopie par Benito Mussolini. Le Duce a d'ailleurs donné l'ordre de démonter les rails et de les emmener en Afrique pour les fondre et en faire des armes pour les attentats. Même s'ils ne sont jamais arrivés à destination.

À l'origine, le chemin de fer de Parenzana a été construit pour relier les régions d'Istrie au reste de l'Europe, permettant ainsi le commerce des marchandises et, plus tard, la circulation des personnes. Pendant des décennies, après le “pillage” de la période mussolinienne, la ligne a été laissée à l'abandon, avant d'être restaurée dans les années 2000.

Cependant, il ne reste de l'ancien chemin de fer istrien que le tracé, qui n'abrite plus de locomotives, mais une piste cyclable offrant des vues de carte postale. On peut aussi, comme mentionné, mouliner les kilomètres en plusieurs étapes, plutôt qu'en une seule journée, mais il faut choisir un vélo de montagne, car les vélos de route ne sont pas adaptés.

Lire aussi :  Les plus beaux marchés de Noël d'Europe et d'Italie
Pistes cyclables Italie
Source : iStock

La route de la Parenzana à vélo

Et revenons au point important de la discussion : la Parenzana est magnifique à parcourir à vélo, mais il faut aussi disposer du moyen de transport le plus approprié. Nous l'avons mentionné et nous le répétons, les vélos de route ne sont pas les meilleures options pour la parcourir à vélo. Il existe en effet des itinéraires faciles et goudronnés, mais d'autres… non pavés et des terrains accidentés, qui exigent des structures plus agiles et plus performantes.

La première étape, si nous décidons que la Parenzana est notre route à prendre, est d'envisager l'achat d'un vélo pour terrain accidenté. Sinon, tu peux aussi louer des vélos sur place. La deuxième étape consiste à déterminer la quantité et la route à emprunter.

La Parenzana commence à Muggia, plus précisément à l'embouchure voisine du Rio Ospo, dans le Frioul, et se termine à Parenzo, en Croatie, la ville dont elle tire son nom. L'itinéraire, comme nous l'avons mentionné, comprend plus de 120 km, que les plus agiles et les mieux entraînés peuvent parcourir en une seule journée de vélo. Mais il n'y a pas de mal à planifier un itinéraire par étapes.

Il existe également une autre solution, qui consiste à ne parcourir qu'un seul des tronçons de la route, en fonction de ses goûts et de son niveau d'entraînement. La Parenzana, bien que longue, convient à tout le monde. Mais la route croate, bien que plus attrayante en raison des oliveraies et des vignobles, est aussi pleine de montées, car le terrain est vallonné, un détail à prendre en compte.

Lire aussi :  Oasi Zegna : ce qu'il faut voir et informations utiles sur le parc

Ce qu'il faut voir le long de la Parenzana à vélo

La nature se mêle à l'architecture à Parenzana, où il est également agréable de s'arrêter pour goûter aux délices offerts par la tradition gastronomique et vinicole locale. En Croatie, la visite des grottes de Baredine, avec leur paysage lunaire et évocateur, est incontournable. Mais la basilique euphrasienne de Poreč est aussi l'un des exemples d'architecture paléochrétienne à ne pas manquer.

Il ne faut pas non plus oublier Grožnjan, la ville des artistes, laissée pour compte après la fermeture du chemin de fer, mais en voie de guérison depuis que la piste cyclable l'a reconnectée au monde. Et si l'on se trouve dans la région pendant l'été, il faut passer la nuit de la Saint-Laurent à l'observatoire de Višnjan, également dans l'ouest de l'Istrie, pour observer les étoiles.

Mais nous parlions aussi d'échantillonner la région : pour cela… cuisine istrienne ne risque pas de laisser nos papilles déçues. Les régions vallonnées de Croatie sont réputées pour leurs truffes, mais les recettes à base d'herbes sauvages et les excellentes soupes chaudes, comme la soupe bobici au lard fumé, ne manquent pas non plus.

Le malvasia et le chardonnay sont les cépages que l'on trouve dans cette région, alors un verre de bon vin, après une balade et un repas du soir copieux, vaut aussi la peine de se faire plaisir. Sinon, un verre de grappa istrienne, comme la biska ou la ruda, ne doit pas manquer au menu, mais seulement en fin de journée, lorsque le vélo se repose.

Sources