Home Environnement Pollution par les poussières fines : seuls 7 pays respectent les directives de l’OMS

Pollution par les poussières fines : seuls 7 pays respectent les directives de l’OMS

0
Pollution par les poussières fines : seuls 7 pays respectent les directives de l’OMS

La par les poussières fines est un problème qui nous concerne de près et qui met notre santé en danger. Selon une étude, seuls sept pays respectent les directives de l'OMS en termes d'émissions de particules dans l'air.

L'pollution par les poussières fines est un problème qui sévit dans les villes et les pays du monde entier. Cependant, certaines zones sont plus critiques que d'autres. Il y en a sept, selon une étude menée par la Société suisse pour la technologie de la qualité de l'air. IQAir, les pays les plus performants qui ont largement atteint les limites fixées par l'OMS en 2023. Mais quels sont les risques des particules fines pour la santé ? Et pourquoi est-il si difficile d'endiguer ce problème particulier ?

Pour répondre à ces questions, il faut d'abord se rappeler ce que l'on entend lorsqu'on parle de “poussières fines”. Voyons brièvement de quoi nous parlons et ce que ces particules provoquent.

La poussière fine : ce qu'elle est, ce qui la produit et où on la trouve.

Lorsque nous parlons de “poussière fine”, nous faisons essentiellement référence à ces minuscules particules présentes dans l'air que nous respirons tous les jours. Ces particules sont également appelées “particules atmosphériques“, plus connues sous les acronymes PM2,5 et PM10, une sorte de poussière qui nuit gravement à notre santé.

Lire aussi :  Le changement climatique, mauvais signe pour 2024 : le mois de février le plus chaud jamais enregistré.

Ces substances sont liées à un risque accru de décès prématuréscar elles peuvent pénétrer dans les voies respiratoires et provoquer le développement de maladies cardiaques ou pulmonaires, voire mortelles. Bien que les particules aient une origine à la fois naturelle et anthropique, ce sont les activités humaines qui sont principalement responsables de l'émission de ces substances dans l'air que nous respirons.

L'émission de particules est en effet liée à des activités anthropiques telles que l'utilisation de… combustibles fossilesla circulation automobile, le chauffage des bâtiments et les processus industriels.

Particules : les limites fixées par l'OMS

particules air
Source : iStock

Pour enrayer le problème des des poussières fines dans l'airde nombreuses initiatives ont été lancées et certaines limites d'émission imposées. L'OMS, par exemple, a stipulé que la moyenne journalière des PM10 ne doit pas dépasser les 45 µg/m³ (alors que la moyenne annuelle est au maximum de 15 µg/m³). Quant à la PM2,5la moyenne journalière est de 15 µg/m³, tandis que la moyenne annuelle est au maximum de 5 µg/m³.

Lire aussi :  Déforestation : causes et conséquences pour l'environnement et l'homme

Eh bien, selon le rapport annuel de l'entreprise, qui a examiné plus de 30 000 stations de surveillance de la qualité de l'air dans 134 pays et régions, il semblerait que seules 7 d'entre elles respectent les limites d'émission de l'OMS.

Mais malheureusement, tous les pays du monde n'ont pas fait l'objet d'une surveillance approfondie, les stations de surveillance de la qualité de l'air étant souvent absentes.

Pollution par les poussières fines : les pays les plus polluants et les moins polluants.

Mais regardons le classement des mérites (et démérites) en matière d'émission de particules fines. En tête du classement, parmi les Pays les plus vertueux, se distinguent :

  1. Australie
  2. Estonie
  3. Finlande
  4. Grenade
  5. Islande
  6. Maurice
  7. Nouvelle-Zélande.

En revanche, les pays où la qualité de l'air est nettement moins bonne sont le Bangladesh (avec des concentrations de poussières fines plus de 15 fois supérieures aux limites fixées par l'OMS), le Pakistan, l'Inde, le Tadjikistan, le Burkina Faso, l'Irak et les Émirats arabes unis.

Ce sont les pays en bas du classement, avec des niveaux de PM₂,₅ jusqu'à 10 fois ou plus supérieurs aux limites fixées par l'OMS.

Sources