Accueil Environnement Qu’entend-on par le terme niche écologique ?

Qu’entend-on par le terme niche écologique ?

26
0

Dans le passé, et habitat étaient utilisés comme synonymes, mais ils n'identifient pas la même chose. Si l'habitat est en effet lié au lieu de vie d'une espèce, le premier terme englobe également l'interaction avec le milieu environnant. Et aussi la dynamique de survie que le spécimen emploie et conçoit pour s'adapter aux conditions environnementales dans lesquelles il doit vivre.

Si jusqu'à récemment, le terme niche écologique et habitat ont souvent été utilisés comme synonymes, ils sont aujourd'hui traités de manière plus précise. Il ne faut pas oublier qu'il existe une certaine assonance de sens entre les termes, mais aussi des différences. Et c'est ce qui permet d'avoir une définition permettant d'identifier l'un et l'autre de manière utile et précise.

Mais que signifie le terme de niche écologique et pourquoi n'est-il pas correct de l'associer au simple habitat, qui lui reste de toute façon apparenté ? Le second terme est facile à illustrer, puisqu'il précise le lieu où vivent les espèces, bref, leur environnement, leur aire de répartition.

La niche écologique, en revanche, est plus complexe, car davantage de variables entrent en jeu, qui ne sont plus seulement liées aux lieux. En effet, on parle des interactions des spécimens avec tous les éléments qui les entourent, les conditions physiques et environnementales dont ils ont besoin pour grandir et se reproduire, mais aussi la prédation et la compétition entre les espèces.

On a commencé à parler de niches écologiques au début des années 1900, grâce aux travaux du biologiste américain Joseph Grinnell et du biologiste britannique Charles Elton. Mais ce n'est que dans les années 1950 que les deux théories des niches ont trouvé une définition commune, celle que nous considérons encore aujourd'hui comme la plus appropriée.

Parc national de Yellowstone
Source : iStock

Qu'est-ce qu'une niche écologique ?

Le terme de niche écologique est d'origine récente, ou plutôt, il fait partie de ces concepts historiques contemporains que sont l'environnement et l'écologie. Nous l'avons évoqué, le premier à l'avoir mentionné était… Joseph Grinnellqui a souligné l'importance d'étudier les organismes dans leurs habitats naturels et de comprendre leurs rôles dans ces systèmes.

C'est lui qui a défini la niche écologique comme l'ensemble des activités et des relations dans lesquelles une espèce s'engage tout en acquérant et en utilisant les ressources dont elle a besoin pour survivre et se reproduire. Dans cette définition était incluse l'interaction à laquelle nous avons fait référence dans les paragraphes du début du post, qui manque si l'on parle d'habitat et c'est tout.

Lire aussi :  Aujourd'hui, c'est la journée mondiale du tapir

Grinnell a été suivi par les travaux de Charles Elton, un écologiste britannique qui a développé les idées de son collègue et tempéré la définition sur la niche écologique. Pour lui, il s'agit de la place et de la fonction d'une espèce au sein d'un écosystème, en mettant l'accent non seulement sur ses interactions avec d'autres organismes, mais aussi sur sa position dans la chaîne alimentaire et son utilisation des ressources.

Avec G. Evelyn Hutchinson, vers la fin des années 1950, on est arrivé à une représentation plus complète de la niche écologique. En effet, l'écologiste britannique a apporté des précisions aux concepts de ses collègues, en la définissant comme un espace dont les dimensions sont fixées par des facteurs environnementaux qui influencent le bien-être de l'espèce considérée.

Types de niche écologique

Il existe différents types de niches écologiques, qui peuvent être catégorisés de différentes manières, en fonction des aspects spécifiques des interactions considérées. Mais par souci de simplicité, on peut les réduire à trois, représentant autant de macro-catégories. Il s'agit de :

Niches écologiques spatiales

La niche écologique spatiale désigne l'espace d'un environnement occupé par une espèce par rapport à la distribution des habitats disponibles. Ce concept prend en compte non seulement le type d'habitat préféré par cette espèce, mais aussi l'emplacement physique et la répartition géographique au sein de cet habitat.

Les espèces peuvent différer dans leur préférence pour certains types d'habitats au sein d'un écosystème et dans leur capacité à utiliser l'espace disponible. Par exemple, une espèce peut préférer les zones de forêt dense, tandis que d'autres peuvent s'être adaptées pour vivre le long des lisières ou dans des clairières ouvertes.

La niche écologique spatiale prend également en compte les interactions concurrentielles entre les espèces pour le même type d'environnement ou pour des espaces limités à l'intérieur de celui-ci. Ces interactions peuvent influencer la répartition et l'abondance des espèces au sein d'un écosystème et la gestion de l'espace.

Lire aussi :  Fonte des glaciers : les animaux en danger

Niches écologiques trophiques

Les niches écologiques trophiques désignent le rôle d'une espèce au sein de l'écosystème. chaîne alimentaire ou réseau trophique d'un écosystème. Les espèces peuvent en effet être classées en fonction de leur position trophique dans la pyramide alimentaire, à la base de laquelle se trouvent les producteurs.

Il s'agit des plantes et autres organismes photosynthétiques qui produisent de l'énergie en utilisant la lumière du soleil et les nutriments du sol et qui constituent la base de la chaîne alimentaire. En deuxième position se trouvent les consommateurs primaires, les herbivores, qui se nourrissent de ces plantes.

Les carnivores, eux, se nourrissent d'herbivores et d'autres consommateurs primaires et occupent le deuxième niveau trophique de la chaîne alimentaire. Et enfin, il y a les décomposeurs, des organismes qui dégradent la matière organique morte et les détritus, en les transformant en substances inorganiques et en nutriments qui peuvent être réutilisés par les producteurs.

Niches écologiques multidimensionnelles

Les niches écologiques multidimensionnelles font référence au concept selon lequel la niche écologique d'une espèce ne peut pas être décrite par une seule dimension, mais est plutôt définie par un ensemble de facteurs en interaction. En d'autres termes, les niches écologiques sont multidimensionnelles car elles sont influencées par un certain nombre de variables.

Il s'agit notamment de facteurs abiotiques tels que la température, l'humidité, l'ensoleillement et le type de sol, mais aussi de facteurs biotiques tels que la disponibilité de la nourriture, la présence de prédateurs et la compétition avec d'autres espèces. Il est essentiel de comprendre les niches écologiques multidimensionnelles pour prédire comment les espèces réagiront aux changements environnementaux.

Par exemple, une espèce peut être capable de s'adapter à un changement de température mais être plus sensible à la perte de son habitat préféré ou à la compétition avec d'autres espèces. La multidimensionnalité aide à comprendre non seulement les niches écologiques mais aussi les équilibres existants dans les écosystèmes.

Sources