Accueil Développement durable Qu’est-ce qu’un déchet médical et quelles sont les procédures d’élimination ?

Qu’est-ce qu’un déchet médical et quelles sont les procédures d’élimination ?

16
0

Lorsque l'on parle de déchets médicaux, on fait référence aux déchets des cliniques, des hôpitaux et des maisons de retraite. Les distinctions entre les déchets cliniques sont diverses, mais la plus importante est celle entre les déchets non dangereux et ceux qui peuvent être infectieux ou toxiques. Les déchets médicaux ménagers, en revanche, méritent une parenthèse à part, avec des modes de livraison et d'élimination différents.

I déchets médicaux et leur élimination sont un sujet de discussion dans le secteur privé, mais aussi et surtout au niveau national et supranational. La raison n'est pas difficile à comprendre, car un traitement incorrect peut donner lieu à des problèmes environnementaux et de santé humaine. En effet, il ne faut pas oublier que 15 % d'entre eux sont considérés comme dangereux.

Si en effet 85 % des déchets cliniques doivent être considérés comme sûrs, le nombre restant fait référence à des déchets qui peuvent être infectieux, toxiques ou radioactifs. D'où l'importance d'une élimination appropriée, capable de limiter les risques liés à ces déchets spéciaux qui, en tant que tels, doivent être traités différemment des déchets ordinaires.

Mais avant de plonger dans la discussion spécifique concernant la liste et les procédures d'élimination de ces déchets, il faut mieux comprendre ce que l'on entend par déchets sanitaires. Ce terme désigne en fait les déchets cliniques provenant des hôpitaux, des maisons de retraite, des cabinets médicaux et des cliniques humaines ou vétérinaires. Mais aussi des laboratoires de recherche médicale et scientifique.

À éliminer différemment de ceux-ci, cependant, les déchets médicaux ménagers, qui suivent d'autres règles dictées et imposées par sa commune de résidence. Si nous avons des doutes sur ces types de matériaux et que nous souhaitons mieux comprendre comment ils doivent être traités, il nous suffit de lire la suite.

Lire aussi :  Génie génétique alimentaire et OGM : ce qu'il faut savoir
Que jeter de manière indifférenciée ?
Source : iStock

Qu'est-ce qu'un ?

Sauf mention contraire, les déchets médicaux sont à proprement parler des déchets issus des laboratoires médicaux, vétérinaires et scientifiques. En général, si l'on voulait les énumérer, les principales sources d'où proviennent ces déchets seraient :

  • les hôpitaux publics
  • les cabinets médicaux, y compris les cabinets dentaires
  • les établissements de santé privés
  • centres de recherche médicale et scientifique
  • centres de morgue et d'autopsie
  • laboratoires de recherche et d'expérimentation animale
  • banques de sang et services de collecte
  • maisons de retraite pour personnes âgées
  • cliniques vétérinaires

Mais le plus intéressant est peut-être la liste des déchets médicaux que ces établissements doivent éliminer, puisque, comme nous l'avons mentionné, 15 % d'entre eux sont dangereux. Il existe 10 catégories de déchets courants provenant des hôpitaux et des cliniques qui doivent être reconnues et éliminées de manière appropriée par le personnel. Il s'agit de :

  1. Déchets tranchants
  2. Déchets anatomiques
  3. Déchets pharmaceutiques
  4. Déchets médicaux liquides
  5. Déchets infectieux
  6. Plâtre dentaire ou amalgame
  7. Déchets cytotoxiques ou cytostatiques
  8. Équipement de protection individuelle contaminé
  9. Déchets microbiens
  10. Matériel de laboratoire contaminé

Élimination des déchets médicaux

Dans un hôpital ou une clinique médicale, le SSPO est chargé de la collecte et de l'élimination des déchets médicaux. A opérateur socio-sanitaireen Italie, est obligé de suivre des cours pour l'identification correcte de tous les types de déchets, comme l'indique le décret présidentiel 254/2003 sur l'élimination de ces déchets.

Et c'est l'OSS qui doit les trier et veiller à ce que les conteneurs de collecte soient correctement étiquetés et paraphés, avec les dates et l'origine des départements. Le décret identifie également les étapes à suivre, dont celle concernant le stockage temporaire de ces déchets dans une zone spéciale, avant qu'ils ne soient remis à ceux qui seront chargés de l'élimination.

Lire aussi :  Noix de savon : comment fonctionnent ces nettoyants respectueux de la nature

Les déchets médicaux, une fois prêts à être transportés, doivent être accompagnés du registre dit de chargement et de déchargement, mais aussi du FIR. Le formulaire d'identification des déchets (FIR) fournit des informations sur les types de déchets à transporter.

Mais à quelle fin les déchets hospitaliers sont-ils destinés ? Les grands établissements disposent sur place d'installations de stérilisation et de combustion thermique, des sortes d'incinérateurs pour les déchets qui ne peuvent pas être traités autrement. Mais dans le cas des cliniques qui ne disposent pas de ces installations, on peut se tourner vers des installations tierces pour l'élimination.

Et l'élimination des déchets médicaux domestiques.

Mais venons-en aux déchets médicaux domestiques, qui suivent une procédure différente de celle des déchets provenant des hôpitaux et des laboratoires médicaux. Dans ce cas, l'élimination est différente selon le type de déchet. Les sparadraps, mais aussi les bandages et les gazes, les masques, les gants en latex, les aiguilles, les seringues et les cathéters, peuvent être jetés dans le résidu sec.

Il faut toutefois veiller à les sceller afin qu'ils ne déchirent pas le sac où ils sont jetés ou qu'ils ne blessent pas les collecteurs de déchets pendant le transport. Au contraire, les médicaments périmés, dont le contenant et la notice doivent être retirés, vont dans les poubelles spéciales pour les médicaments, qui se trouvent à côté des pharmacies de ta commune.

Les thermomètres contenant du mercure sont une autre affaire, et doivent être apportés à la déchèterie en raison des risques d'une mauvaise élimination. Si, en revanche, le thermomètre est électronique, sauf disposition contraire de la commune de résidence, il est considéré comme un déchet DEEE et doit être apporté aux centres appropriés.

Sources