Accueil Environnement Stop aux ballons volants : plus de 70 municipalités se joignent à...

Stop aux ballons volants : plus de 70 municipalités se joignent à la campagne de Plastic Free Onlus

19
0

Plus de 70 municipalités italiennes ont interdit les ballons en plastique volants, rejoignant ainsi la campagne Plastic Free Onlus.

Noël arrive à grands pas et à cette période, entre les cadeaux à déballer et les fêtes de famille, la consommation de plastique va augmenter par rapport aux autres périodes de l’année. Il suffit de se promener sur les milliers de places italiennes pendant ces semaines, pleines de marchés de Noël, de manèges et d’autres événements, pour se voir entouré de l’omniprésence du plastique. ballons gonflables qui représentent souvent un moment de joie pour les petits et les autres. Cette année, cependant, de plus en plus de municipalités italiennes ont décidé d’émettre des ordonnances spéciales pour… interdire le lâcher délibéré de ballons en vol..

Au début, en mai 2021, c’est la province autonome du Trentin qui a approuvé l’interdiction de lâcher des ballons dans les airs dans toute la province lors d’événements, de festivals et de spectacles. Depuis, d’autres municipalités et territoires avaient décidé d’adhérer à la campagne lancée par Plastic Free Onlus, l’organisation bénévole engagée depuis 2019 dans la lutte contre la pollution plastique, allant jusqu’à inclure les confettis en plastique et les lanternes lumineuses dans les ordonnances d’interdiction.

De Monza à Isernia, de Ferrare à Cuneo, c’est le nombre de municipalités italiennes qui ont décidé d’épouser cette initiative, contribuant ainsi à… réduire la dispersion du plastique dans l’environnementLe nombre d’enfants en âge de procréer a augmenté lentement et aujourd’hui, plus de 70 municipalités, du nord au sud du pays, ont accepté l’invitation de l’organisation à but non lucratif fondée par le Dr. Luca De Gaetanoqui, à cette occasion, a tenu à remercier les territoires qui se sont mobilisés pour sensibiliser les citoyens à faire la fête sans nuire à l’environnement :

Pour célébrer des événements et rendre une journée inoubliable sans nuire à l’environnement, il existe de nombreuses bonnes alternatives : des bulles de savon pour les plus petits à l’adoption d’une tortue pour les occasions les plus importantes, des drapeaux en papier lors des fêtes d’anniversaire à la plantation d’un arbre lors des funérailles.

Parmi les dernières municipalités à s’être jointes à la campagne, il y a celle de Cefalùà la périphérie de Palerme, qui a publié le 13 décembre une ordonnance, signée par le premier citoyen. Daniele Tumminello, qui se lit comme suit :

Il est interdit à quiconque de jeter ou de lâcher dans l’air des ballons en caoutchouc ou un matériau similaire, même biodégradable, remplis de gaz plus légers que l’air.

Le commentaire du maire Tumminello a souligné à quel point cette décision s’inscrit dans le cadre du projet visant à faire de Cefalù une municipalité sans plastique :

La mesure ne vise en aucun cas à interdire la vente de ballons, mais plutôt à prévenir leur utilisation potentiellement très nocive pour l’environnement et la faune terrestre et aquatique, une menace qui se produit chaque fois que des ballons sont lâchés dans l’air. Nous demandons aux citoyens un engagement à respecter ce qui est prévu en devenant fièrement les protagonistes d’une prise de conscience plus mature des comportements qui rendent vertueuse la relation entre l’homme et l’environnement.

S’il est vrai qu’à première vue, le problème des ballons en plastique lâchés dans l’environnement peut sembler anodin, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Même lorsque les ballons sont biodégradables, les dégâts qu’ils peuvent causer à l’environnement sont réels et c’est aussi pour cela que Plastic Free Onlus a lancé… une pétition demandant au gouvernement national d’aller dans ce sens..

Lire aussi :  Animaux en voie de disparition : la signification des espèces en voie de disparition.

Les ballons, explique l’association, ‘constituent le troisième déchet le plus dangereux pour les phoques, les tortues et les oiseaux marins. Cette menace est bien plus fréquente qu’on ne le pense : lors de recherches menées par l’Université du Pays de Galles de Swansea, au Royaume-Uni, les morceaux de ballons constituaient 80 % des déchets trouvés à l’intérieur des estomacs des tortues de mer analysées. Il est inévitable que ce qui monte redescende“.