Home Environnement Véganisme et développement durable : Veganuary sauvera le monde

Véganisme et développement durable : Veganuary sauvera le monde

0
Véganisme et développement durable : Veganuary sauvera le monde

Les régimes à base de plantes sont non seulement bons pour notre santé, mais aussi pour le bien-être de la planète. Mais que se passerait-il si nous abandonnions les aliments d'origine animale pendant le mois de janvier au profit de menus à base de plantes ? La réponse nous est révélée par Veganuary, qui est devenu un mouvement mondial visant à soutenir les effets du véganisme sur le globe.

Ça y est, le mois de janvier a commencé et la combinaison de… véganisme et durabilité est devenu l'un des sujets les plus débattus. Le dénominateur commun entre le premier mois de l'année et les effets bénéfiques des régimes à base de plantes est Veganuary. Et le défi de 31 jours sans aliments d'origine animale fascine de plus en plus tout .

Mais pourquoi de plus en plus d'omnivores sont-ils prêts à renoncer à la viande, au poisson, aux œufs et aux produits laitiers pendant le mois de janvier au profit d'une alimentation à base de fruits, de légumes, de légumineuses et de céréales ? Non, la purification et la perte de poids après les réjouissances des fêtes de Noël ne sont pas la raison qui fait basculer les habitudes alimentaires communes.

Certes, un mois sans protéines animales a des effets positifs sur la ligne, ainsi que sur la santé en général, mais c'est le souci du bien-être de la planète qui rend ces renoncements plus acceptables. Selon une étude de Harvard, de 2014 à 2020 inclus, le Veganuary a atteint des sommets vertigineux.

On parle de plus de 100 000 tonnes de CO2 non émises et de 6,2 millions de litres d'eau économisés, sans compter la réduction des eaux usées et les millions d'animaux épargnés. En regardant les chiffres, un véganuaire peut apporter un certain nombre d'avantages à l'environnement, mais le véganisme est-il un moyen optimal de sauver le monde ?

Principes de l'agriculture biodynamique
Source : iStock

Véganisme et durabilité : les effets des régimes à base de plantes ne doivent pas être sous-estimés.

Nous n'aimons peut-être pas le savoir, mais nos choix à table contribuent fortement aux émissions de gaz à effet de serre, plus ou moins selon nos modes d'alimentation. Si l'on prend au pied de la lettre les conclusions d'une étude de l'Université d'Oxford, devenir végétalien pourrait être le moyen le plus simple et le plus sûr de réduire notre empreinte carbone de 73 %.

Lire aussi :  Composés organiques volatils : qu'est-ce que les COV ?

Ce sont des chiffres drastiques, qui permettent de réaliser à quel point chaque étape du processus de production d'aliments d'origine animale entraîne des émissions de dioxyde de carbone. On parle par exemple de l'abattage des forêts pour faire place aux pâturages, ou encore de la production des tonnes de fourrage destinées à l'alimentation des animaux, ainsi que des déchets qui résultent de l'élevage.

On ne parle pas seulement de CO2, mais aussi et surtout de… méthaneun gaz à effet de serre 8o fois plus puissant que le dioxyde de carbone pour piéger la chaleur dans l'atmosphère. Si l'on considère que 32 % du méthane provient du bétail dans les fermes, en raison des processus de digestion et des déchets animaux, on comprend à quel point la combinaison viande et pollution est efficace.

Ce chiffre nous semble-t-il irréaliste ? Si oui, jetons un coup d'œil rapide mais précis sur les chiffres. On estime que chaque année, une seule vache est capable d'émettre environ 100 kilos de méthane dans l'atmosphère. Si l'on multiplie ce chiffre par les milliards de bovins qui se pressent dans les fermes du monde entier, on peut imaginer les chiffres dont il est question.

OGM génie génétique
Source : iStock

Régime végétalien et 5 avantages pour la planète.

Le régime végétalien, si nous minimisons nos achats d'huile de palme issue de forêts non contrôlées et de fruits et légumes provenant de l'étranger, peut nous aider à sauver la planète. La réduction des émissions de CO2, de méthane et d'oxyde nitreux, entre autres. pourrait rendre l'air et le sol plus propres.

Il y a au moins cinq bonnes raisons de faire une tentative, même temporaire, d'alimentation végétale, pour protéger l'environnement de la pollution et des déchets. Mais ce n'est pas seulement la réduction des émissions de gaz à effet de serre que nous avons déjà mentionnée qui nous motive vers un Veganuary conscient.

Réduction de la consommation d'énergie

La viande, comparée aux aliments végétaux, nécessite une grande quantité d'énergie pour sa production et sa transformation, ce qui se traduit par une grande utilisation de combustibles fossiles. On parle de 31,5 kilowattheures d'énergie pour 500 g de viande de bœuf. En revanche, les sources de protéines végétales nécessitent une consommation bien moindre.

Lire aussi :  COP28, pression de l'OPEP et appel de Guterres : "Nous n'avons plus le temps".

Une consommation d'eau plus faible

Il existe un fait intéressant concernant la consommation d'eau, à savoir que l'agriculture est le plus grand contributeur à l'assèchement des ressources en eau, mais une précision doit être apportée. Soixante-dix pour cent de la consommation mondiale d'eau a lieu dans l'agriculture, mais il ne faut pas oublier que 41 % de cette consommation est liée à la production de fourrage pour les animaux d'élevage. Et passer à un régime végétalien peut réduire l'empreinte hydrique individuelle de 55 %.

Moins d'acidification des océans

Les émissions de gaz à effet de serre contribuent non seulement au réchauffement climatique, mais aussi à l'acidification des océans, qui peut altérer des écosystèmes marins entiers. L'argument concernant la pollution de l'industrie du poisson est le même que pour la viande. Si nous limitons la consommation de produits de la pêche, nous aidons la mer à se stabiliser et à se rééquilibrer.

La déforestation est réduite

Les fermes d'élevage destinées à la production de viande sont responsables de la majorité de la déforestation dans la forêt amazonienne, un poumon vert mondial. Les chiffres sont malheureux, puisqu'on estime que 111 acres d'arbres ont disparu, coupés pour faire place à des fermes de l'industrie carnivore. En revanche, selon le Good Food Institute, les produits à base de plantes, comme la viande végétalienne, peuvent utiliser jusqu'à 99 % de terres en moins.

Les habitats sont préservés

La perte d'habitat est un problème grave, qui entraîne un appauvrissement rapide de la biodiversité de la faune et de la flore au fil des ans. En effet, la destruction des forêts et des habitats pour faire place au pâturage ne détruit pas seulement la flore locale. En effet, les espèces animales perdent leur lieu agréable et ses ressources, avec un risque croissant d'extinction.

Qu'en dis-tu, essayer d'être végétalien pendant un mois, face à cette nouvelle, peut être un sacrifice possible ? Il est toujours temps de revenir en arrière, mais il semble que ceux qui ont essayé le Veganuary ont aussi trouvé durable de réduire leur consommation de certains aliments à partir de février et pour de bon.

Sources