Accueil Développement durable Comment faire ses courses à 0 km : 3 conseils

Comment faire ses courses à 0 km : 3 conseils

20
0

Le concept du Km 0 est une fierté made in Italy qui a conquis le monde pour diverses raisons. En effet, si nous choisissons des aliments ou des produits manufacturés locaux, nous valorisons la production locale et parvenons souvent aussi à faire des économies. Mais pas seulement, puisqu’au niveau environnemental, choisir des produits locaux nous permet de réduire les émissions de CO2 dues au transport.

La 0 km de shopping revient sur la crête de la vague depuis quelques années, depuis que la conscience environnementale s’est développée et est devenue une priorité. Nos grands-mères savaient faire les courses et privilégier les aliments et l’artisanat locaux était un moyen d’économiser de l’argent. Mais aujourd’hui, la préférence pour la bonté et l’artisanat locaux a de nouvelles motivations.

En fait, comme nous l’avons mentionné, les choix personnels sont devenus plus axés sur la protection de l’environnement et choisir le 0 km est le moyen le plus facile de réduire les émissions dues aux transports. Il s’agit non seulement de moins de gaz à effet de serre provenant des carburants des véhicules, mais aussi de moins de particules dans l’air que nous respirons en raison de l’usure des pneus.

De plus, le choix des courses à 0 km favorise l’économie locale, mais souvent aussi la santé dans le cas des fruits et légumes. Les vitamines sont en effet sensibles aux changements de température qui peuvent survenir pendant le transport. Un aliment issu d’une chaîne d’approvisionnement courte, qui va presque littéralement de la ferme à la table, conserve généralement plus de nutriments.

Mais comment faire ses courses à 0 km et quelles filières choisir pour obtenir ce dont tu as besoin, des aliments végétaux aux produits laitiers et aux œufs, en passant par la viande et le poisson, mais aussi les produits non alimentaires ? Il existe quelques conseils utiles que nous pouvons suivre pour faire nos courses en toute conscience.

Lire aussi :  Où jeter le verre et le cristal après les fêtes ?
Principes de l'agriculture biodynamique
Source : iStock

Le concept du 0 km et ses origines

Si l’on voulait donner une date à la naissance du concept 0 km tel que nous le connaissons aujourd’hui, ce ne serait pas facile, mais on peut en revanche retracer son parcours. Et celui-ci est lié au mouvement slow food, qui est apparu à la fin des années 1980. Le sociologue italien Carlo Petrini en est le père et le créateur.

Le slow food s’opposait au fast food, privilégiant le choix d’une nourriture bonne, propre, éthique et un rythme de vie plus lent que celui promu par l’industrie alimentaire emballée et la nourriture des grandes chaînes. La redécouverte de la filière courte reflétait ce nouveau concept.

Km 0 propose de réduire la distance entre les producteurs et les points de vente et de consommation, à un rayon de moins de 100 kilomètres, dans le but de réduire les effets que la grande industrie a sur la planète. En fait, on parle de moins d’érosion des sols, de pollution de l’air et de l’eau ou de perte d’habitat pour les espèces sauvages.

Les aliments 0 km sont des fruits, des légumes, des légumineuses, du fromage, des pâtes, du pain, des œufs, de la viande, du poisson, des boissons et du miel qui ne sont pas industriels, c’est-à-dire hors du circuit des grandes chaînes commerciales mondiales. Cela les rend moins chers, plus sains, car ils ne perdent pas en qualité lors d’un long stockage, mais aussi moins polluants.

Comment faire ses courses à 0 km avec 3 conseils simples.

Faire ses courses à zéro kilomètre permet de ménager la chèvre et le chou, au sens propre du terme, puisqu’il s’agit aussi d’identifier les courses écologiquement durables. Nous l’avons évoqué, mais nous réitérons le concept, c’est aussi un moyen d’économiser de l’argent et de la valeur qualité agroalimentaire du territoire. Mais voyons comment réaliser des achats en circuits courts.

Lire aussi :  Les granulés de bois sont-ils un combustible respectueux de l'environnement ?

GAZ

Les groupements d’achats solidaires, ou GAS, sont des associations locales qui regroupent des producteurs et des consommateurs locaux pour des achats durables sans intermédiaire. Nous te proposons de te renseigner sur ceux qui existent dans ta région et d’y adhérer. Ils se réunissent généralement chaque semaine pour vendre des paniers de produits mélangés à des prix raisonnables, avec la possibilité d’acheter d’autres denrées alimentaires localement, ou même des savons et des détergents faits à la main à partir de matières premières locales.

Les marchés Coldiretti

Coldiretti est l’une des grandes associations italiennes, qui représente et assiste les agriculteurs dans leurs activités commerciales. Les grandes villes, mais aussi les petites communes, louent souvent les places locales aux représentants de cette association pour la vente de leurs propres aliments 0 km. Tu peux généralement trouver les dates et les lieux de ces marchés sur le site Internet de ta municipalité.

Le marchand de légumes de quartier

Et retour aux grands-mères, qui avaient leurs propres références de quartier pour les fruits et légumes, mais aussi la viande et le poisson, ou d’autres aliments. S’il est vrai que faire ses courses dans les grands supermarchés nous fait gagner du temps, faire un tour dans le quartier où l’on vit peut nous faire économiser de l’argent, car les petits commerçants sont souvent moins chers. Et, comme nous l’avons mentionné, les aliments ont souvent meilleur goût aussi, résultant d’un stockage plus court et de moins de changements de température.

Sources