Accueil Environnement COP28, pression de l’OPEP et appel de Guterres : “Nous n’avons plus...

COP28, pression de l’OPEP et appel de Guterres : “Nous n’avons plus le temps”.

18
0

La lettre de l’OPEP aux pays pétroliers pendant la COP28 bouscule les travaux de la Conférence. L’élimination progressive des combustibles fossiles sautée ?

À quelques heures de la conclusion de la COP28, la conférence de l’ONU sur le changement climatique où les lobbyistes des énergies fossiles sont les plus présents, il devient de plus en plus clair qu’il n’y aura pas de résultat explicite sur l’adieu, même progressif, au gaz, au charbon et au pétrole. La pression directe exercée par l’OPEP à la fin de la COP28 a freiné les derniers espoirs.

Les mots d’Antonio Guterres lors de la dernière journée de travail.

Aujourd’hui, peut-être dans le but de promouvoir un accord aussi favorable que possible à l’environnement, le secrétaire général de l’ONU… Antonio Guterres s’est exprimé lors d’une conférence de presse pour rappeler l’urgence des changements pro-climat et pro-planète :

Notre planète est à quelques minutes de minuit en ce qui concerne la limite de 1,5 degré. Et l’horloge continue de tourner. Nous sommes dans une course contre la montre et nous avons besoin d’un résultat ambitieux qui démontre un plan climatique décisif pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré et protéger ceux qui sont en première ligne de la crise climatique.

Guterres a insisté sur la nécessité de “faire des compromis pour trouver des solutions”, tout en comprenant comment les différents niveaux de développement des pays peuvent rendre plus complexe la conclusion d’un accord mutuellement satisfaisant. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un signal, au moins, qui soit cohérent avec l’engagement de l’Union européenne.objectif de zéro émission d’ici 2050 et nous saurons dans quelques heures si, au cours de ces plus de 10 jours de réunions, de conférences et de négociations, des progrès auront été réalisés depuis la COP27 qui s’est tenue l’année dernière.

Lire aussi :  5 choses à savoir sur le frelon noir

La lettre de l’OPEP secoue la COP28

Teresa Ribera à la COP28

Les propos de Guterres interviennent après une journée marquée par les pressions exercées par les.OPEP, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole dont l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Iran, l’Irak et le Koweït, entre autres, sont membres. Les plus de 2 400 lobbyistes présents à l’événement n’ont manifestement pas suffi à faire pression, dans la mesure où ils ont poussé le… Secrétaire général de l’OPEP Haitham al-Ghais pour signer une lettre appelant les Etats pétroliers à rejeter tout accord qui a pour référence “l’énergie plutôt que les émissions” et rejette “la pression indue et disproportionnée contre les combustibles fossiles” lors de la COP28.

Lire aussi :  Quels sont les animaux les plus forts du monde ?

La pression de l’OPEP, qui s’est manifestée après la diffusion d’un projet d’accord incluant les. la demande d’élimination progressive des combustibles fossiles.a inévitablement soulevé une grande controverse, et parmi les réactions publiques les plus sévères, il y a eu celle de Teresa Riberala vice-première ministre espagnole et ministre de la Transition écologique, qui a donné une conférence dans laquelle elle a attaqué frontalement l’organisation fondée à Vienne en 1960.

La pression exercée par les pays de l’Opep est presque dégoûtante. Nous ne demandons pas d’éliminer les énergies fossiles demain. Nous devons au contraire créer les conditions d’une sortie progressive. Et sur ce point, l’Union européenne est très claire et en phase avec la grande majorité des pays présents à la COP28.

Ribera a souligné que plus de plus de cent pays sur 196 se déclareraient en faveur à la soi-disant élimination progressivel’abandon progressif des combustibles fossiles au profit de sources d’énergie moins dommageables pour l’environnement, mais nous devrons attendre la conclusion de l’événement pour comprendre si cette référence à la… élimination progressive qui avait mis les pays pétroliers en état d’alerte.